The cheap rocker

Si Cheap rocker hésite entre le rock et le reggae, aucun doute sur sa nature synthétique: tous les sons ont été réalisés avec l’Operator d’Ableton, un synthétiseur modulaire (pleins de boutons à tourner dans tout les sens). La figurine, elle, vient d’un fond de carton du marché au puces. Peut-être que si je vivais à la campagne, je ramasserais de jolis cailloux. J’habite en ville: j’achète des cowboys en plastique de seconde main.

Publié le

The one-eyed one

the_one_eyed_oneJ’ai parfois l’impression de faire un cadavre exquis avec moi-même. « The one-eyed one » est construit à partir de la fin de « The disturbing creature » en version cumbia et en alternant deux accords de manière répétitive. Pas de cassures, une mélodie unique et entraînante et, dans ma tête, l’image d’un géant borgne sur une piste danse.

I sometimes have the feeling that I am playing Exquisite Corpse with myself. « The one-eyed one » has been built from the outro of « The disturbing creature », in a cumbia version, alternating two chords in a repetitive loop. The structure consists in no breaks whatsoever, plus a single, catchy melody designed with the image of a one-eyed giant shaking it on the dancefloor in mind.

Publié le

The disturbing creature

disturbing_creature« The disturbing creature » est en quelque sorte la suite logique du « Handless Spacewalker ». Après avoir mixé un morceau à partir d’extraits de solos de guitare et adapté un riddim à des enregistrements d’improvisation, j’ai voulu tester la formule avec l’accordéon. La liberté amenée par l’improvisation déteint sur le morceau en cours de production et m’amène à en adapter l’arrangement pour le rendre plus vivant et surprenant. La qualité sonore presque dérangeante de l’accordéon apporte une dynamique et un caractère finalement assez proche des sons digitaux. A ce propos, il est amusant de se dire que l’accordéon tout comme les sons 8-bit des premiers ordinateurs a été conçu avant tout pour se faire entendre dans des condition difficiles et avec peu de moyens, d’où son côté agressif que beaucoup de gens n’apprécient pas à sa juste valeur.

« The disturbing creature » is in a way the logical sequel to « Handless Spacewalker ». After mixing a track based on guitar solos excerpts and adapting a riddim to jam recordings, I meant to try and apply the same m.o. with the accordion. The freedom inspired by the improvised parts sways the tune at its production stage, and brings me to change the arrangement in order to make it livelier and surprising. The accordion’s crystal clear recording adds a certain dynamic and an edge quite close to digital sounds. Speaking of which, it is fun to remember that the accordion, just like the 8-bit sounds generated by the first computers, has first been designed with the purpose of being heard in noisy conditions with but a few means, hence its aggressive sound that a lot of people don’t value as much as it should be.

Publié le

A wasteland in town

En panne d’inspiration pour trouver quel titre à donner à ce dub, je décide de sortir et de marcher à la rencontre d’une image et d’une impression qui me parle. Après une heure de déambulation à travers la ville, je trouve enfin un petit espace qui nous a échappé. Une palissade de chantier, un peu de peinture en partie effacée par la pluie: un terrain vague ou l’herbe n’est pas tondue, et ou l’absence de panneau publicitaire procure un sentiment de liberté. C’est cela que je recherchais en mixant ce reggae, de la tranquillité.

Lacking inspiration to find how to baptize this track, I decide to go for a walk, looking for an image, an impression to trigger my imagination. After about an hour wandering through the city, I finally stumble upon a forgotten space. A tall hoarding, some remnants of paint washed away by the rain: this empty lot, with grass growing freely and without any advertisement sign delivers a welcomed sensation of freedom. And that was exactly what I was looking for when mixing this reggae: serenity.

Publié le

Cumbia on rails

Cumbia on rail« Cumbia on rails » est une cumbia digitale et tranquille pour les amoureux de la lenteur. Il est bon de se plonger dans la régularité imperturbable d’une boucle répétitive et sans surprise, cela permet de « danser petit » comme on peut danser dans sa tête en regardant par la fenêtre.

« Cumbia on Rails » is an calm digital cumbia for the slow-paced tunes’ lovers. It is always enjoyable to get back into the regularity of a repetitive and surprise-free loop as it allows to « dance small », like one can dance inside his head while watching outside the window.

Publié le

Low voltage worm

Low voltage worm

J’ai trouvé ces ampoules mortes dans les marches de l’escalier qui menait vers la scène d’un grand théâtre. Pour nous éviter de tomber dans le noir elles puisaient leur énergie dans le courant de la ville.

I found these dead bulbs in the steps of the staircase which led towards the stage of a theater. To avoid us falling in the dark they took their energy from the electric current of the city.

Low voltage worm is a 100% Digital track. All sounds created in the Operator Live. It’s a riddim between the rubadub and the cumbia. A Rubadumbia ?

Publié le

The handless spacewalker ( featuring Samy Dib )

Ska, Swing et Dub: Il faut bien ça pour accompagner Samy Dib. Sa guitare manouche est bourrée d’énergie, brillante et inspirée. Ce ska-dub est construit autour d’un de ses solos en utilisant les extraits de pistes d’une session d’enregistrement « maison ». N’oublions pas que si un jour, la planète n’a plus l’électricité, nos computers seront silencieux mais les guitaristes continueront de jouer.

Ska, Swing and Dub: those are the minimum requirements if you want to back Samy Dib. His Gipsy guitar is energy-packed, brilliant and inspirational. This ska-dub is built upon  excerpts of tracks from a house-made music session. Let’s not forget that, if one day the planet runs out of electricity, our computers will remain silent while guitarists will keep on playing.

Publié le

The whale’s dying day (reedit)

The whale's dying day (reedit)La première version de « The whale’s dying day » a été publiée en janvier 2012. J’ai eu envie de réaliser cette nouvelle version, très proche de la précédente, avec l’expérience acquise durant ces neuf derniers mois. Le titre donne une idée des émotions qui m’ont poussé à faire ce morceau sombre, lent et triste. C’est un hommage aux êtres en voie d’extinction.

The first version of « The whale’s dying day » was released in January 2012. I wanted to propose a new version, very similar to the first one, but with the addition of the experience I accumulated during the past 9 months. This track suggests what kind of feelings animated me to produce this dark, slow and sad song. It is a tribute to the endangered beings.

Publié le

The boulder’s honk

The boulder's honkLe cri du rocher, la force imperturbable de la masse inerte. « The boulder’s honk est un ska-dub lourd et puissant. J’ai construit ce morceau à partir de la mélodie de l’accordéon. La photo est celle d’un boulet de canon rouillé gravitant dans un environnement chargé de tension et d’électricité.

The boulder’s honk, the imperturbable force of inert mass. « The boulder’s honk » is a heavy and powerful ska-dub. I built this tune from the accordion’s melody up. The pic is one of a cannonball floating in a tension-packed and electricity-charged environment.

Publié le

Sand for children

Sand for childrenUn poisson rouillé… « Sand for children » est un dub qui allie cumbia et rock steady, un groove oscillant entre la régularité et l’instabilité. Mon frère Marc Dunant a joué le thème au trombone, je l’ai inséré dans l’univers digital du morceau à coup d’effets en essayant de préserver le son d’origine. Le titre est inspiré de mes pensées sombres sur le legs que nous faisons aux générations futures. La référence au bac à sable ajoute une pointe d’ambiguïté.

A rusty fish… « Sand for Children » is a dub mixing cumbia and rock steady, a groove oscillating between regularity and instability. My brother Marc Dunant played the trombone line and I inserted it in the song’s digital universe using sound effects while trying to preserve the original sound as much as possible. My pessimistic thoughts about the legacy we are passing to future generations were the inspiration for the track. The sandbox reference adds a little  ambiguity.

Publié le