Lead Bird

Il y a huit ans, je commençais à produire mes premiers dubs, explorant en solitaire les abîmes de la musique assistée par ordinateur. J’y ai découvert un monde d’une richesse insoupçonnée où paradoxalement la technologie permet de rendre humaine une musique pourtant interprétée par une machine.

J’ai découvert aussi que cette machine était le moyen le plus direct et le plus brut pour extraire cette musique de mon cerveau.

Lead Bird a été conçu dans une forme d’intimité avec la machine, en utilisant uniquement des sons de synthèse, sans samples ni plugins, comme un retour au code source.

Il y a trois ans, je suis passé de Mac à Linux et d’Ableton Live à Bitwig Studio et vu de ma façon de travailler, changer de logiciel et de système d’exploitation, équivalait à réapprendre un nouvel instrument, avec tout le bénéfice que l’on peut retirer d’un tel changement. Déconstruire et reconstruire est un excellent moyen de différencier l’essentiel du superflu et permet de mieux comprendre ce qui est induit par la machine, et ce qui nous est propre.

Après avoir travaillé ces dernières années avec d’autre musiciens et cherché à m’éloigner du tout numérique – lors de la production de Golden Lowness ou d’expériences de concerts – je suis revenu pour cet album à mon inspiration première, mais avec un nouveau son en tête, plus chaleureux et – malgré la méthode utilisée – plus organique.

Réalisé en macrophotographie et sans trucage, le visuel de l’album m’a été inspiré par les mêmes réflexions sur la rencontre de l’inerte et du vivant, du synthétique et du naturel.

Des oiseaux de plomb, un soldat perdu, une carcasse d’avion dans un paysage désolé. Si cette mise en scène représente bien mes inquiétudes quand à l’avenir de notre civilisation, je me dois de vous rassurer : je travaille déjà sur un nouvel album et je reste persuadé qu’il y a toujours l’opportunité de reconstruire quelque chose, même sur une terre en apparence stérile.

La version numérique de Lead Bird est disponible sur  Bandcamp où vous pouvez également précommander l’édition vinyle, actuellement en cours de production.

Lead Bird a été masterisé par Stéphane Kroug au studio ELectric Room Mastering

Publié le

Poussière

Deuxième single de la série d’après « Golden Lowness », « Poussière » donne déjà une bonne idée de la couleur que je recherche pour un prochain album.

Un peu moins… propre ?

Un oeil dans la poussière…

Mise à jour de mai 2020:

Ce morceau est maintenant disponible chez Folcore Records, sur l’album « Lead Bird » !

Publié le

Tapas, vermouth et contrôleurs MIDI

Vendredi 24 mars au Mess (Carouge), à l’occasion du vernissage de l’exposition des peintures d’AlexKV, Poupa Honk mixera ses riddims en live.

Plusieurs intervenants (Charles Drawing, Vicente Tortosa, Humphrey Whitefork et Poupa Honk) se partageront la soirée pour vous régaler papilles, ouïes et pupilles.


Alex Kurth « La fin d’un début »

« Black Eyes » (détail).

« Après 3 ans d’exile professionnel à Genève j’ai le plaisir de présenter le résultat de mes pulsations créatives sous forme de peintures, réalisées entre janvier et mars 2017. Après la musique, le théâtre et la performance, il était temps de s’acharner sur les arts plastiques. « La fin d’un début » est la culmination d’une première étape, le franchissement d’un cap inexploré jusqu’a maintenant.
Et c’est l’excuse parfaite pour organiser une bringue. A la Catalane bien sûr! »

Alex Kurth


Vendredi 24 mars / de 18h a 01h (Live à 9h)
Bar, Restaurant Le Mess
Rue de la Gabelle, 20 – 1227 Carouge

Plus d’infos sur l’événement Facebook.

Publié le

Dubbing the Marabou

« Sous ces cheveux, légers comme des marabous et bouclés à l’anglaise, le front, […], reste discret, calme jusqu’à la placidité, quoique lumineux de pensée ; […]. » (Honoré de Balzac)

… ils ne demandent en général pas de salaire pour leurs actions, mais l’obligation morale tacite est de pourvoir à leur besoins…

… en effet, des plumes sur la tête seraient enduites de sang coagulé ou de substances corporelles lorsque l’oiseau la plongerait dans le corps d’un gros animal, tandis qu’une tête nue reste propre.

( Extraits choisis, wikipedia )

Publié le

Half Bear

Publié le

Temper hippopotamus

temper [tem-per]

  1. to make (something) less severe or extreme.
  2. to dilute, qualify, or soften by the addition or influence of something else.
  3. to put in tune with something : attune.
  4. a particular state of mind or feelings.

Hippopotamus [hip-uh-pot-uh-muh-s]

  1. a large herbivorous mammal, Hippopotamus amphibius, having a thick hairless body, short legs, and a large head and muzzle, found in and near the rivers, lakes, etc., of Africa, and able to remain under water for a considerable time.

Rubadumbia [ruh-buh-dum-bia]

  1. an undefined musical style.
  2. somewhere between the rubadub and the cumbia.
Publié le

The cheap rocker

Si Cheap rocker hésite entre le rock et le reggae, aucun doute sur sa nature synthétique: tous les sons ont été réalisés avec l’Operator d’Ableton, un synthétiseur modulaire (pleins de boutons à tourner dans tout les sens). La figurine, elle, vient d’un fond de carton du marché au puces. Peut-être que si je vivais à la campagne, je ramasserais de jolis cailloux. J’habite en ville: j’achète des cowboys en plastique de seconde main.

Publié le

Low voltage worm

Low voltage worm

J’ai trouvé ces ampoules mortes dans les marches de l’escalier qui menait vers la scène d’un grand théâtre. Pour nous éviter de tomber dans le noir elles puisaient leur énergie dans le courant de la ville.

I found these dead bulbs in the steps of the staircase which led towards the stage of a theater. To avoid us falling in the dark they took their energy from the electric current of the city.

Low voltage worm is a 100% Digital track. All sounds created in the Operator Live. It’s a riddim between the rubadub and the cumbia. A Rubadumbia ?

Publié le