News

Le soleil pourrait avoir déjà explosé …

Malgré le caractère « préparé » de ma musique, à savoir, des boucles organisées dans un séquenceur, je cherche à privilégier l’improvisation: une même « préparation » peut donner des résultats très différents selon la manière dont elle est mixée et arrangée en live. La collaboration avec des musiciens, invités à amener leur propre énergie, augmente encore les chances de partir à chaque fois dans une direction inattendue. C’est dans cette idée que Jonathan Delachaux a organisé une rencontre entre Jacques Houssay et moi, pour faire naître de l’inconnu une formule originale.

Jacques Houssay, © Fanchon Bilbille

Jacques, écrivain et comédien, improvise avec les mots comme d’autres le font avec des notes, en s’inspirant du moment. La seule directive que Jonathan nous avait donnée était de ne rien préparer et de ne rien révéler à l’autre avant de lancer l’enregistrement. Nous avons joué le jeu avec un enthousiasme grandissant au fur et à mesure que les sons et les mots entraient en résonance. « Le soleil pourrait avoir déjà explosé » est la version intégrale d’un des enregistrements de cette première session et le point de départ d’un nouveau projet pour Poupa Honk & The Plugins.


Je me sens à ma place.
Le soleil pourrait avoir déjà explosé, nous ne le saurions que dans quelques minutes.
Corps rebondissants, en sueurs.
Danse !
Les voitures dans nos veines.
Le béton du ciel.
Danse !
Paumes ouvertes vers le ciel, les corps s’entrechoquent.
Je glisse la main dans mon sac, j’y attrape la crosse nacrée de l’ancien revolver de Billy the Kid.
Je me sens à ma place, l’arme des souvenirs enfantins en main, au milieu des autres corps qui dansent.
Chacun d’entre nous dans sa main tient l’arme de son enfance, et nous tirons.
Bang bang !
Nous tirons sur le soleil.
Comme une baudruche à la fête foraine…
Bang-bang !
Les armes pointées canon en haut vers l’astre et…
Bang bang !
Et nous disons tous dans un murmure comme dans le livre écrit à Beyrouth il y a si longtemps, où ils tiraient à la kalachnikov sur le soleil parce que l’un des leurs, parce que l’un des nôtres, était tombé sous les balles ennemies.
Nous tirions sur le soleil en lui disant « je te tue, éteint toi ».
Je me sens à ma place, canon de l’arme, bouche de l’arme, ouverte vers le soleil, ouverte vers le ciel.
Je me sens à ma place.
Et je danse au milieu des autres corps rebondissant, la sueur nous colle les uns aux autres et nos balles, nos balles tirées des souvenirs de l’enfance criblent le ciel.
Je me sens à ma place.
Les voitures filent dans la ville, les voitures filent dans nos veines.
Je te tue, éteint toi !
Les cheveux trempés de sueur collent aux visages, tous les visages, hommes, femmes, bêtes, et nous dansons, nous dansons, comme il est écrit dans le livre.
Je te tue, éteins toi !
Les voitures dans nos veines, les armes en nos mains, comme, cowboy enfant sous les chapeaux de feutre, les étoiles de shérif en plastique.
Je te tue, éteins toi !
Nous attendons que la sueur nous colle encore plus les uns aux autres, nous attendons que les armes soient vides que toutes les balles des souvenirs de l’enfance aient été tirées sur le soleil, nous attendons les voitures dans nos veines, le béton pour ciel, et …
Danse !
La crosse nacrée de Billy the kid dans ma main, Billy the kid qui juste avant d’être tué ouvre la porte sur la nuit et demande à cette nuit « quien es ? »
Je te tue, éteins toi !
Je me sens à place, posé dans cette foule qui danse, transpirante, sous le ciel de béton.
Le soleil pourrait avoir déjà explosé.
Je me sens à ma place.
Les étoiles de shérif en plastique et celles dans le ciel couvertes de béton…
Je te tue, éteins toi !
Le soleil est une baudruche et nos corps, gonflés d’hélium, s’envolent.
Nous sommes des êtres humains, presque des oiseaux.
Je te tue, éteins toi !
Je glisse le revolver à la crosse de nacre dans ma ceinture, j’avance dans cette foule dansante et transpirante.
J’avance comme si quelque part l’adversaire, le soleil nous attendait au détour de la rue pour nous cribler de ses rayons.
Nous sommes là prêts à dégainer dans la nuit sans soleil, prêt à dégainer pour dire à cet astre: « je te tue tue, éteins toi »
Les voitures dans nos veines…
Le ciel de béton…
Les souvenirs de l’enfance chargés jusqu’à la gueule, pour tirer sur les astres.
Les astres d’hier…
Les astres d’aujourd’hui…
Les astres de demain…
Baudruches…
Bang bang !
Sous le chapeau de feutre, bang bang !
Sous le chapeau de feutre.

Publié le

Barcelone via Internet

En cette fin des années dix, internet semble souffrir d’une mauvaise réputation: failles de sécurité, vol de données, manipulation de l’information, non-respect de la vie privée et bientôt manque de neutralité… Si l’on fait la synthèse des articles traitant du grand réseau, on finit par penser qu’il est plus dangereux de se connecter à un site web ou d’utiliser des réseaux sociaux que faire du base jump ou de la plongée sous-marine.

Dans ce contexte quelque peu anxiogène, j’aimerais présenter mes excuses à un grand réseau social (qui saura se reconnaître*) et adresser mes sincères remerciements à quelques plateformes musicales; oublions nos différends le temps que je vous raconte mon week-end passé.

Pour vous parler de ce week-end à Barcelone, je dois remonter en 2012, à l’époque où je commençais à m’intéresser aux moyens de diffusion qu’offrait internet et publiais mes premiers morceaux sur Soundcloud et Bandcamp. Ces deux plateformes m’ont permis de faire bien plus que de mettre ma musique à disposition des autres, elles m’ont permis de découvrir la leur. Ces cinq dernières années, j’ai principalement écouté (et acheté) les productions marginales, authentiques et avant-gardistes de musiciens qui, dans la même situation que moi, mettaient eux-mêmes leur musique à disposition du public.

Grâce à Internet, j’ai découvert un mouvement culturel, et j’ai aussi rencontré des gens. Si la plupart du temps ce genre de rencontres en ligne restent virtuelles, il me semble intéressant de relever que ce n’est pas toujours le cas. C’est ce qui me ramène au week-end passé.

Invité par le Label Folcore Records pour mixer en live mes morceaux lors d’une « Label Night » au Diobar, j’ai partagé la soirée avec Cherman, Nixtamal et Qechuaboi. Ce n’était bien sûr pas une rencontre due au hasard: Cherman est aux commandes de Folcore Records et Nixtamal a réalisé le mastering de mes dernières productions, mais la particularité de cette collaboration est qu’elle a été rendu possible par internet. Bien avant notre première rencontre concrète, nous avions échangé, partagé et appris à nous connaître grâce – entre autres – aux réseaux sociaux.

Alors non, Internet n’est pas une sombre ruelle dans laquelle on doit tenir fermement son sac à main. Internet, c’est un fabuleux outil pour les personnes qui veulent partager leur passion et rencontrer les autres.


*je tiens cependant à préciser qu’en aucun cas je renonce à mon droit inaliénable de critiquer en permanence ledit grand réseau social.

Publié le

Folcore Label Night

Le samedi 30 décembre au Diobar (Barcelone), pour la « Folcore Label Night », j’aurai l’honneur de partager l’affiche avec Qechuaboi, Cherman et Nixtamal ! Une soirée « Néotropicale, Electrofolk, Futur Beats et bien sûr: Rub-A-Dumbia !

Publié le

[(h)eɪtʃ.oʊ.ɛn.keɪ] n°4

Frente Bolivarista, Crookedbois, El Remolon, The Binary Cumbia Orchestra, Cocotaxi, 2G1B, Stay Tropical, Fresh Like Sushi, Cero39, Harmonia do Sampler…

La quatrième playlist d’H.O.N.K. (prononcer [(h)eɪtʃ.oʊ.ɛn.keɪ] ) est arrivée.

Electropical

Retrouvez les selections d’ H.O.N.K. sur Soundcloud et Bandcamp.

Publié le

Poupa Honk, invité d’Azimut.

« …on pourrait comparer ça à une madeleine de proust, voir à plusieurs madeleines passées au blender, mais comme on est en mode dub, les madeleines on va les passer au grinder. »

Wozdat la chronique

Azimut, l’émission radio de La Fabrik, dédiée à la découverte d’artistes « locaux », a invité Poupa Honk à l’occasion de la sortie de Golden Lowness. Retrouvez le podcast de l’émission sur le site de La Fabrik.

L’invité d’Azimut : Poupa Honk

A écouter aussi: Wozdat la Chronique !

Publié le

Golden Lowness

Samy Dib: Guitare.
Jonathan Delachaux: Bass Clarinet.
Poupa Honk: Digital Music & Arrangement.

Mastering: Yann Ryo aka Nixtamal
Executive production: Poupa Honk & Folcore Records

 

Samy et Jo m’accompagnent depuis les débuts de Poupa Honk, en 2012 et dès nos premières collaborations, il est clairement apparu que nous n’avions que de rares inspirations en commun et une approche très différente de la musique. J’ai évolué avec de fortes doses de musique Jamaïcaine pendant qu’ils étudiaient le jazz en écoutant du rock expérimental. J’espère qu’ils me pardonneront ce raccourcis extrême que j’utilise pour illustrer mon propos: le bénéfice qui résulte de la difficulté à communiquer. Lorsque que l’on a pas de codes établis, de références communes, on est obligé d’en créer pour arriver à se comprendre.

Poupa Honk


 

 

Golden Lowness est le 76ème album publié par Folcore Records. Fondé en 2010, le label Barcelonais se spécialise dans la rencontre entre électronique et musique traditionelle, avec une attention particulière portée à la nouvelle scène sud-américaine.

Golden Lowness est disponible à prix libre sur Bandcamp et sera bientôt également en vente sur les principales plateformes commerciales.

The only good Hummer is a pocket Hummer.


« Un EP en el que el jazz profundo, contemplativo, se encuentra con la folktronica, el dub y la cumbia de una forma por demás inusual. Tremendísima entrega la que nos hace nuestro label hermano Folcore, a cargo del viejo cazador de sonidos y propuestas globales Germán de Souza aka Cherman. De la manoa de esa […] »

Cassette Blog

Lire l’article sur le site de Cassette Blog …

Publié le

Tapas, vermouth et contrôleurs MIDI

Vendredi 24 mars au Mess (Carouge), à l’occasion du vernissage de l’exposition des peintures d’AlexKV, Poupa Honk mixera ses riddims en live.

Plusieurs intervenants (Charles Drawing, Vicente Tortosa, Humphrey Whitefork et Poupa Honk) se partageront la soirée pour vous régaler papilles, ouïes et pupilles.


Alex Kurth « La fin d’un début »

« Black Eyes » (détail).

« Après 3 ans d’exile professionnel à Genève j’ai le plaisir de présenter le résultat de mes pulsations créatives sous forme de peintures, réalisées entre janvier et mars 2017. Après la musique, le théâtre et la performance, il était temps de s’acharner sur les arts plastiques. « La fin d’un début » est la culmination d’une première étape, le franchissement d’un cap inexploré jusqu’a maintenant.
Et c’est l’excuse parfaite pour organiser une bringue. A la Catalane bien sûr! »

Alex Kurth


Vendredi 24 mars / de 18h a 01h (Live à 9h)
Bar, Restaurant Le Mess
Rue de la Gabelle, 20 – 1227 Carouge

Plus d’infos sur l’événement Facebook.

Publié le

El tema del plástico

Extrait d’un article écrit par Mariana Viveros sur Cassette Blog à l’occasion de la parution de Kikasaru (décembre 2016):

« El tema del plástico al cual hice referencia entra desde los primeros acordes, pues crean un entorno que remite a los ochenta, a los videojuegos, con melodías bonitas y pegajosas, dub downtempo. La cumbia se percibe un poco más en segundo plano, sin pretensión alguna de que  suene “orgánica”. Lo digital es envolvente, casi como un ensueño auditivo.
Incluso la estética del disco es totalmente de plástico, con fotos de animalitos de juguete para acompañar cada track, lo que le da un cierto toque naif.

Poupa Honk hace plástico y del bueno, sin remordimientos por sonar más o menos digital, “artificial”. Hace buena música, resistente a los golpes y exigencias del siglo XXI »

Lire l’article entier sur Cassette Blog

Publié le

Kikasaru

poupa-honk-kikasaru-1-kikasaru

« Kikasaru », du nom du célèbre singe qui se bouche les oreilles rassemble huit morceaux choisis parmi mes premières publications (de 2012 à 2016), les plus anciennes ayant été remixées pour l’occasion. L’album, produit par le label Barcelonais Folcore Records et masterisé par Nixtamal est en téléchargement libre sur le site de Folcore et sur Bandcamp.

Une trentaine d’artistes sont représentés par Folcore, label spécialisé dans la rencontre de l’électronique et des musiques latino-américaines. Beaucoup d’entre eux (Animal Chuki, Shushupe, Qechuaboi, Tropical Terror, Cafe de Calaveras, Nixtamal ) ont influencé mon travail et c’est un grand honneur pour moi de les rejoindre avec « Kikasaru », la première publication officielle de Poupa Honk !

Cet album a aussi été pour moi l’occasion d’approfondir le concept visuel qui accompagne mes productions musicales depuis le début: redonner vie à travers des portraits en macro-photographie à des objets trouvés dans les fonds de cartons du marché au puces.

 

Kikasaru sur le site de Folcore Records

Un article de Mariana Viveros paru sur Cassette Blog

Publié le

Hot Alps ! Troisième édition

hot-alps-3eme-edition-aLe 8 octobre 2016 au foyer culturel de l’Argentière la Bessée (Hautes Alpes), pour la troisième édition du Hot Alps festival, entre un spectacle de cirque déjanté (Gambas Circus,) et de l’électroswing effréné (Swingrowers et Dj Sherpa FM), Poupa Honk et ses Plugins devront bien assurer… A propos de Plugin, celui de droite (celui qui gratte à votre gauche) ne sera pas incarné par Samy Dib, notre manoucheur polyglotte habituel. En effet, pour cause d’absence, il sera remplacé par l’incroyable Stéphane « Povitch » Augsburger, tout aussi polyglotte.

Venez nombreux, déguisés en pirates ou mettez votre chapeau préféré, ce soir là personne ne vous jugera, c’est promis !

hot-alps-3eme-edition-b

Publié le