Le soleil pourrait avoir déjà explosé …

Malgré le caractère « préparé » de ma musique, à savoir, des boucles organisées dans un séquenceur, je cherche à privilégier l’improvisation: une même « préparation » peut donner des résultats très différents selon la manière dont elle est mixée et arrangée en live. La collaboration avec des musiciens, invités à amener leur propre énergie, augmente encore les chances de partir à chaque fois dans une direction inattendue. C’est dans cette idée que Jonathan Delachaux a organisé une rencontre entre Jacques Houssay et moi, pour faire naître de l’inconnu une formule originale.

Jacques Houssay, © Fanchon Bilbille

Jacques, écrivain et comédien, improvise avec les mots comme d’autres le font avec des notes, en s’inspirant du moment. La seule directive que Jonathan nous avait donnée était de ne rien préparer et de ne rien révéler à l’autre avant de lancer l’enregistrement. Nous avons joué le jeu avec un enthousiasme grandissant au fur et à mesure que les sons et les mots entraient en résonance. « Le soleil pourrait avoir déjà explosé » est la version intégrale d’un des enregistrements de cette première session et le point de départ d’un nouveau projet pour Poupa Honk & The Plugins.


Je me sens à ma place.
Le soleil pourrait avoir déjà explosé, nous ne le saurions que dans quelques minutes.
Corps rebondissants, en sueurs.
Danse !
Les voitures dans nos veines.
Le béton du ciel.
Danse !
Paumes ouvertes vers le ciel, les corps s’entrechoquent.
Je glisse la main dans mon sac, j’y attrape la crosse nacrée de l’ancien revolver de Billy the Kid.
Je me sens à ma place, l’arme des souvenirs enfantins en main, au milieu des autres corps qui dansent.
Chacun d’entre nous dans sa main tient l’arme de son enfance, et nous tirons.
Bang bang !
Nous tirons sur le soleil.
Comme une baudruche à la fête foraine…
Bang-bang !
Les armes pointées canon en haut vers l’astre et…
Bang bang !
Et nous disons tous dans un murmure comme dans le livre écrit à Beyrouth il y a si longtemps, où ils tiraient à la kalachnikov sur le soleil parce que l’un des leurs, parce que l’un des nôtres, était tombé sous les balles ennemies.
Nous tirions sur le soleil en lui disant « je te tue, éteint toi ».
Je me sens à ma place, canon de l’arme, bouche de l’arme, ouverte vers le soleil, ouverte vers le ciel.
Je me sens à ma place.
Et je danse au milieu des autres corps rebondissant, la sueur nous colle les uns aux autres et nos balles, nos balles tirées des souvenirs de l’enfance criblent le ciel.
Je me sens à ma place.
Les voitures filent dans la ville, les voitures filent dans nos veines.
Je te tue, éteint toi !
Les cheveux trempés de sueur collent aux visages, tous les visages, hommes, femmes, bêtes, et nous dansons, nous dansons, comme il est écrit dans le livre.
Je te tue, éteins toi !
Les voitures dans nos veines, les armes en nos mains, comme, cowboy enfant sous les chapeaux de feutre, les étoiles de shérif en plastique.
Je te tue, éteins toi !
Nous attendons que la sueur nous colle encore plus les uns aux autres, nous attendons que les armes soient vides que toutes les balles des souvenirs de l’enfance aient été tirées sur le soleil, nous attendons les voitures dans nos veines, le béton pour ciel, et …
Danse !
La crosse nacrée de Billy the kid dans ma main, Billy the kid qui juste avant d’être tué ouvre la porte sur la nuit et demande à cette nuit « quien es ? »
Je te tue, éteins toi !
Je me sens à place, posé dans cette foule qui danse, transpirante, sous le ciel de béton.
Le soleil pourrait avoir déjà explosé.
Je me sens à ma place.
Les étoiles de shérif en plastique et celles dans le ciel couvertes de béton…
Je te tue, éteins toi !
Le soleil est une baudruche et nos corps, gonflés d’hélium, s’envolent.
Nous sommes des êtres humains, presque des oiseaux.
Je te tue, éteins toi !
Je glisse le revolver à la crosse de nacre dans ma ceinture, j’avance dans cette foule dansante et transpirante.
J’avance comme si quelque part l’adversaire, le soleil nous attendait au détour de la rue pour nous cribler de ses rayons.
Nous sommes là prêts à dégainer dans la nuit sans soleil, prêt à dégainer pour dire à cet astre: « je te tue tue, éteins toi »
Les voitures dans nos veines…
Le ciel de béton…
Les souvenirs de l’enfance chargés jusqu’à la gueule, pour tirer sur les astres.
Les astres d’hier…
Les astres d’aujourd’hui…
Les astres de demain…
Baudruches…
Bang bang !
Sous le chapeau de feutre, bang bang !
Sous le chapeau de feutre.

Publié le

Hot Alps ! Troisième édition

hot-alps-3eme-edition-aLe 8 octobre 2016 au foyer culturel de l’Argentière la Bessée (Hautes Alpes), pour la troisième édition du Hot Alps festival, entre un spectacle de cirque déjanté (Gambas Circus,) et de l’électroswing effréné (Swingrowers et Dj Sherpa FM), Poupa Honk et ses Plugins devront bien assurer… A propos de Plugin, celui de droite (celui qui gratte à votre gauche) ne sera pas incarné par Samy Dib, notre manoucheur polyglotte habituel. En effet, pour cause d’absence, il sera remplacé par l’incroyable Stéphane « Povitch » Augsburger, tout aussi polyglotte.

Venez nombreux, déguisés en pirates ou mettez votre chapeau préféré, ce soir là personne ne vous jugera, c’est promis !

hot-alps-3eme-edition-b

Publié le

Giraffe

poupa-honk-giraffe

Après « Bad swing », voici « Giraffe », la deuxième publication officielle de Poupa Honk and the Plugins, notre formation live. Pour cette rubadumbia, Samy a mis de côté sa guitare MIDI pour retrouver celle qui l’accompagne dans ses meilleurs solos, la manouche. Quand à Jo, une main sur son sax et l’autre sur le bouton de volume de sa mixette, il continue ses expériences sonores à la recherche du groove impossible.

Pour voir la Giraffe en live, venez le 29 janvier au Chat Noir !

Télécharger Giraffe sur Bandcamp (prix libre )

Note: pour ceux qui connaissent mon amour des fautes d’orthographe, sachez que cette fois, « giraffe » est correctement orthographié… en anglais.

Publié le

Poupa Honk and the Plugins au Chat Noir

honk_chat_noirAprès un premier concert clandestin à Genève et un second au Tap Tab de Schaffhouse, on sera le 29 janvier 2016 au Chat Noir de Carouge, avec Eugène en première partie et Dj Rouni qui vous achèvera à coup d’électro swing. On vous promet quelques rubadumbias inédites et du steady-shuffle-hop. Si vous ne savez pas encore comment ça se danse, faites des essais sur cet extrait de notre concert au Tap Tab, et venez nous montrer !

logo_chat_noirChat noir
29 janvier 2016
22h (ouverture à 21h30)

 

Voir aussi l’article plus récent « Giraffe ».

Publié le

Snippets from the Tap Tab

snipets-from-the-tap-tab-1000L’inévitable Bad swing; un bon bout de Turtle; Gretchen avec un solo de guitarcordéon; un final qui dure de Pressure warning et même un aperçu de Redneck, notre final house impro… ça donne 17 minutes d’extraits audio de notre concert au Tap tab pour compléter la vidéo de Turtle.

Voir aussi l’article: Turtle at the Tap tab, du 9 juin 2015.

 

Publié le

Turtle at the Tap tab

turtle_tap_tap

Enregistré le 8 mai 2015 au Tab tab dans le cadre du Schaffhausen jazz festival, Turtle est une cumbia improvisée sur un riddim unique. Si l’enregistrement live ne permet pas de restituer toute les variations du mix ou la présence des basses, l’ambiance est là et les solos de Samy et Jo se passent de toutes considérations sur la prise de son.

Publié le

Tap Tab !

tap-tab-plakatAprès un premier concert à Genève, on part à Schaffhouse: Le 8 mai au Tap Tab, dans le cadre du Schaffhauser Jazzfestival, Poupa Honk and the Plugins partagera la soirée avec les DJs Jah Kabra & Discarga VS ( Duck N Cover Rec ).

Das Westschweizer Trio Poupa Honk & The Plugins bringt elektronische Beats, Samples und Melodien mit akustischen Instrumenten zu weit offenen, sehr tanzbaren Tracks zusammen (…) So entsteht eine hybride Musik, die bewegt, überrascht und mit fetten Bässen, Beatboxbeats, genialen Melodien und All-you-can-eat-Skank in ihren Bann zieht. Die Afterparty fahren die DJs Jah Kabra & Discarga VS (Vinyl Spinner). Sie gehören zu den Ersten in der Schweiz, die den Tanz-/Musikstil Footwork in ihren Sets adaptieren: Dabei stehen schnelle Moves mit virtuoser Bein- und Fussarbeit im Zentrum…

Lire la suite

Publié le

Black smurf video clip

Un grand merci à tout ceux qui nous soutiennent, particulièrement à Lluvia pour la captation et le montage de notre premier vidéo clip ! Merci au Chat noir aussi qui nous a offert une résidence, étape essentielle avant le crash test.

Black smurf est un bon représentant de notre set de concert: des mélodies qui ne viennent pas exactement de quelque part, mais souvent d’ailleurs; un style rythmique auquel j’ai beaucoup de mal à donner un nom – swing-hop ? surf-steady ? dancehall-jazz ? – mais je suis sûr que ce doit être un nom composé, c’est déjà ça…

Lire la suite

Publié le

Poupa Honk & the Plugins

Poupa Honk & The plugins, résidence Chat noir 2014 ( Jo)Bientôt, une vidéo de « Black smurf », filmé sans public lors de notre résidence au Chat Noir (Genève) fin 2014. En attendant, si vous voulez vous faire une idée de notre formation: écoutez « Bad swing », notre premier morceau mis en ligne sous le nom de « Poupa Honk & the Plugins ». Bientôt aussi une page « booking » concentrant toutes les information utiles. En attendant, n’hésitez pas à utiliser le formulaire de contact pour toutes demandes d’infos ou propositions.

Soon, a video of « Black smurf », filmed without public during our residence at the « Chat noir » (Geneva), at the end of 2014. Waiting for it, you can hear « Bad swing », our first release under the name of « Poupa Honk & the Plugins. Also soon: a page for booking, at the moment you can use the contact form for any question or proposition.

Publié le

Bad swing

Poupa Honk and The Plugins 2013En novembre 2013, j’annonçais la formation des « Plugins » qui accompagneront Poupa Honk en Live, à moins que ce ne soit le contraire. Quelques répétitions plus tard nous avons eu envie de vous livrer un premier morceau pour vous faire patienter jusqu’à l’apparition des beaux jours.

Les Plugins sont la partie « vivante » de Poupa Honk avec Samy Dib (guitare) et Jonathan Delachaux (saxophone contrebasse trafiqué et clarinette). Quand à moi je mixe en live des riddims originaux à l’aide d’un assemblage de divers contrôleurs midi dépareillés.

Lire la suite

Publié le